La résistance est considérée comme une pièce maîtresse qui joue un rôle important dans le bon fonctionnement d’une cigarette électronique. Il faut donc savoir les différencier pour pouvoir trouver ce qui convient à votre e-cigarette. Si vous voulez en savoir plus sur la façon de différencier les résistances des e-cig, ce guide vous fournira toutes les informations dont vous avez besoin.

Résistance pour cigarette électronique : qu’est-ce que c’est exactement ?

Pour tous ceux qui ne le savent pas encore, sachez que la résistance présente la partie consommable d’une cigarette électronique. Cela dit, elle est remplacée une fois qu’elle est utilisée. En général, une résistance cigarette électronique est composée d’une fibre de coton et d’un résistif qui se présente sous la forme d’un fil ou parfois même d’une bande métallique lorsqu’il s’agit d’une résistance à mailles. En outre, c’est la résistance qui chauffe le e liquide pour fournir les vapeurs et libérer les arômes. Parfois, la fibre de coton à l’intérieur de la résistance est remplacée par une céramique poreuse. Cependant, ces cas sont rares. Par ailleurs, il faut noter que la résistance est l’élément qui détermine le choix d’un clearomiseur . En effet, vous devez d’abord choisir votre résistance avant de prendre n’importe quel dispositif. Toutes les résistances d’une cigarette électronique ont des caractéristiques différentes à savoir : la puissance, la valeur, le taux de VG, etc. Il est fortement conseillé de comprendre certaines de ces différences afin de ne pas être déçu de votre choix final.

Différencier les résistances de cigarette électronique en fonction de leurs capacités !

Les capacités sont le premier critère à analyser avant de finaliser votre choix sur une resistance cigarette electronique. Pour rappel, ces capacités sont mesurées en ohms pour une résistance de e-cigarette. Comme c’est la résistance qui chauffe le e-liquide, son aptitude à assurer cette fonction dépend en grande partie de sa valeur qui n’est rien d’autre que des Ohm qui sont, comme déjà mentionné, les unités de mesure d’une résistance électronique. Peu ou beaucoup d’Ohm, chaque résistance a sa propre capacité ohmique, ce qui la différencie d’un modèle à l’autre. En effet, avant de choisir la bonne résistance, il faut garder à l’esprit qu’une valeur inférieure à 1 Ohm s’échauffe beaucoup plus que celle supérieure à 1 Ohm. Ce qui, bien entendu, aura un impact important sur la production de vapeur de la cigarette électronique. Pour votre information, vous devez savoir qu’une faible résistance procure fréquemment une sensation plus intense dans la gorge, dans le cas où vous utilisez un e-liquide avec beaucoup de nicotine. Par conséquent, elle peut vous causer un certain inconfort.

Comment différencier les résistances pour cigarette électronique selon leur puissance en Watts ?

La puissance en Watts diffère également d’une resistance cigarette electronique à une autre. C’est pourquoi on retrouve souvent une indication sur chaque résistance vendue sur le marché. En fait, les fabricants de cigarettes électroniques mettent cette indication dans la  » plage d’utilisation  » pour apprendre et surtout pour signaler aux vapoteurs le nombre de watts que la résistance peut supporter. Il convient donc de ne pas dépasser cette puissance indiquée pour ne pas endommager votre résistance. En revanche, il n’y a aucun risque de détérioration si vous optez pour une puissance supérieure à celle recommandée sur l’indication. Cependant, tout dépend de votre goût et de la sensation que vous recherchez. L’important est de toujours se référer à cette  » plage d’utilisation  » avant de sélectionner votre résistance, car c’est un repère très fiable pour tous ceux qui souhaitent acheter leur matériel de cigarette électronique, notamment pour savoir si la résistance correspond à vos attentes ou non. Pour finir, n’hésitez pas à prendre l’avis d’experts en ligne en cas de doutes sur ce sujet. 

Que dit la loi sur la vente des e-cigarettes ?

Actuellement, chaque pays a des avis différents sur la légalisation de la vente des cigarettes électroniques à l’intérieur de ses frontières. En effet, certains autorisent sa vente, tandis que d’autres l’interdisent. Dans les pays européens, la vente d’e-cigarettes est régie par la directive dite TPD ou Tobacco Products Directive, qui se traduit par la « directive sur la production de tabac ». Cette réglementation a débuté en 2014, puis a été introduite dans le droit français en 2016. En gros, elle encadre et légifère la production et la vente des « produits de cigarette électronique ». Le cadre concerne particulièrement les e-liquides, les réservoirs, les cartouches et autres dispositifs contenant de la nicotine sans cartouche ni réservoir, surtout s’il s’agit d’une auto-e-cigarette. Ainsi, le règlement prévoit que les importateurs et les fabricants d’e-liquides doivent déposer une notification auprès de l’ANSES avant de commencer à commercialiser leur produit. De ce fait, si vous êtes un vapoteur, soyez prudent lorsque vous vous rendez dans un pays. Il est plus sage de s’informer en amont sur la législation et la réglementation de la cigarette électronique dans un pays avant d’y entrer.