Travailler jusqu’à la fin de sa vie est rarement un choix. Pour avoir plus de possibilités, il faut trouver le moyen de générer des revenus passifs : gagner de l’argent même pendant votre sommeil. Certains pensent qu’à moins d’être un riche héritier, ce rêve est inaccessible. Faux ! Il y a une méthode toute simple permettant de quitter son travail, faire le tour du monde et se réveiller à n’importe quelle heure de la journée : devenir rentier. Dans cet article, nous vous expliquons le chemin vers la liberté financière.

Qu’est-ce qu’un rentier ?

Être rentier est un statut social comme un autre. De nombreuses personnes ont su comment devenir rentier et ont ainsi pu mettre un terme au métro-boulot-dodo en appliquant une recette toute simple. Le meilleur moyen d’échapper à ce schéma routinier et fatiguant est de faire des investissements et des placements financiers qui génèrent des revenus mensuels sans devoir travailler. Les mensualités obtenues serviront alors à financer votre train de vie, subvenir à vos besoins et prendre en charge toute votre famille.

Cet idéal vient tout droit des États-Unis : l’un des pays qui prône la liberté financière et pousse ses citoyens à dépasser leurs limites. En Amérique, on parle de la règle des 4 %, appelée aussi la règle des 25. Elle consiste à considérer tous les sujets qui dépensent moins de 4 % de ce qu’ils possèdent comme étant rentiers. Ce pourcentage rend compte des dispositions à prendre pour ne jamais se retrouver dans une situation matérielle difficile en dépit des dépenses. En France, le sens de la frugalité est plus présent : un trait culturel et une obligation fiscale qui a engendré une équation plus stricte. Pour accéder à ce statut, il ne faut consommer que 3 % de votre capital.

La recette de la liberté financière

On n’est pas obligé d’avoir fait des études poussées en finance pour savoir que la liberté financière passe généralement par les investissements immobiliers. La pierre constitue un placement sûr qui, malgré les crises économiques qui ont marqué l’histoire contemporaine, a connu des épisodes moins avantageux mais n’a jamais trahi ses investisseurs. De plus, contrairement aux projets entrepreneuriaux, l’immobilier n’est pas uniquement réservé à ceux qui possèdent un grand capital. Même les sujets qui n’ont pas de ressources matérielles peuvent investir dans l’immobilier locatif en invoquant l’aide des banques.

Au fil des années, leur patrimoine immobilier va s’accroître à condition de suivre une stratégie bien définie. Le recours aux services et accompagnement d’un agent est donc vivement recommandé. Ce professionnel des placements financiers sera en mesure de vous orienter vers les biens les plus rentables et de vous indiquer si le marché est propice à l’achat ou à la vente. Vous devez également faire des choix pertinents pour dépenser moins et gagner plus. Cependant, il ne faut jamais perdre de vue le fait que le risque 0 n’existe pas !

Se former avant d’investir

Il est clair, comme évoqué plus haut, que l’on peut faire appel à un agent pour bénéficier de son expérience et sélectionner les placements les plus favorables en fonction du capital qui est en notre possession. Cependant, comme pour tous les projets, il est déconseillé d’agir en dehors de son secteur de compétence. Le moyen le plus sûr de comprendre le domaine immobilier est de suivre une formation.

Vous pouvez opter pour un apprentissage sommaire et rapide comme vous pouvez approfondir vos connaissances grâce à un cursus plus long. Une bonne préparation est la première règle de réussite. Vous devez avoir pour objectif de développer votre culture financière et immobilière sachant que ce domaine de compétence n’est pas inculqué au cours d’un parcours académique conventionnel. Soyez curieux ! Lisez sur le sujet, inscrivez-vous à des webinaires et des formations. Internet est une mine d’or pour tous ceux qui souhaitent apprendre à distance.

Quittez votre zone de confort et défiez vos limites

Si vous ne l’êtes pas encore, devenir rentier va exiger de vous une certaine familiarité avec un domaine d’activité qui vous est complètement étranger. Pour cela, vous devez vous remettre en question et vous préparer à quitter votre zone confort. Les débuts vont être laborieux et trébuchants. Vous serez en proie aux doutes et confrontés à vos propres limitations. Par exemple, il se peut que vous ayez pensé tout au long de votre vie qu’acheter votre résidence principale est un bon investissement : voilà une idée que vous serez peut-être amené à repenser sachant que ce logement sera une source de dépenses et non de revenus.