Lors du décès d’un être cher, l’acquisition d’un monument funéraire est une option fréquemment choisie. Cette pierre tombale peut aussi couvrir un caveau ou sépulture familiale.

Un ornement voué au souvenir

Le monument funéraire, quelle que soit son apparence, matérialise pour la famille et les proches d’un défunt un lieu de recueillement digne et paisible. Cette sépulture comprend une pierre tombale de 2 m2 minimum, sauf dans le cas d’une tombe cinéraire qui est plus réduite. En général, cette grande plaque minérale fait 5 cm d’épaisseur. On en distingue de plusieurs styles. Dans tous les cas, cet élément s’insère dans une « semelle », c’est-à-dire une sorte de cadre. Ce dernier est en ciment ou bien en granit. Il fixe les limites de la concession. Des parpaings sont placés entre ce cadre et la « tombale ». À l’arrière est disposée une stèle, un élément funéraire vertical où sont gravés le nom ainsi que les dates de naissance et de mort du défunt. Parfois un espace est prévu pour pouvoir se recueillir à genoux à l’avant du monument funéraire.

Des matériaux nobles et durables

Les articles funéraires sont sculptés dans des minéraux solides et résistants comme le granit et le marbre. Des techniciens spécialisés travaillent ces matériaux à l’aide de machines de découpe précises. La marbrerie funéraire compte pour 12,5 % dans le secteur d’activité correspondant. Un marbrier réalise en atelier les éléments destinés à couvrir et ornementer des sépultures. Leur pose est effectuée au cimetière par ce même type de professionnels, expérimentés en la matière. Un délai minimal de deux mois est respecté avant la pose définitive d’une « tombale » car il faut que la terre se tasse après l’inhumation. La dalle de béton qui scelle la fosse est ensuite coulée. Elle servira de support à la pierre choisie pour couvrir la sépulture. Celle-ci peut correspondre à du « sur mesure » selon les dimensions souhaitées. La forme peut également être originale, ainsi que le matériau utilisé pour sa fabrication.

Des finitions délicates pour personnaliser

La pierre posée sur la sculpture est en général gravée au préalable ou sur place, si cela est nécessaire lorsqu’il faut ajouter des mentions supplémentaires sur le support. En pareil cas, une petite plaque tombale peut s’avérer utile. Cet ornement peut être gravé a posteriori puis posé ou scellé sur la tombe, avec les noms et messages voulus. Cette solution est un recours habituel lorsqu’il est difficile de modifier la gravure sur la pierre originale. La plaque permet de compléter les indications sur une tombe familiale, au fil du temps et des décès successifs. Parmi les articles funéraires, cette stèle qui vient modifier la sépulture initiale est proposée en plusieurs matériaux, allant de la pierre au métal en passant par le verre. Ce type d’ornement n’est pas réservé aux tombes mais convient aussi aux monuments édifiés dans des jardins du souvenir, qui évoquent le souvenir de défunts sans abriter leur sépulture.