Contrairement à une idée fausse trop largement répandue, rien ne vous oblige à régler chaque mois les cotisations de vos contrats d’assurance habitation ou autres. D’autres rythmes de paiement existent en effet (une fois par an ou chaque trimestre par exemple). Quels sont les atouts de ces options ? Comment trouver celle qui vous correspondra le mieux ? Vous le saurez en vous plongeant dans le texte ci-dessous !

Les avantages du paiement mensuel

Il s’agit du rythme de paiement le plus habituellement choisi par les assurés. D’ailleurs, de plus en plus de compagnies l’intègrent de base dans leurs contrats. Par conséquent, il revient au client de se manifester pour choisir une autre option. Le paiement mensuel s’associe parfaitement avec le prélèvement automatique. Dès lors, ce duo sera idéal pour les plus dépensiers ou les plus étourdis.

En effet, vous aurez ainsi la certitude que la cotisation sera retirée chaque mois sans intervention de votre part. N’oubliez pas que tout défaut de paiement peut engendrer la rupture unilatérale de votre contrat comme cela vous sera rappelé à la fin de ce texte ! La gestion de vos finances sera également simplifiée. Vous n’aurez ainsi pas à mettre de l’argent de côté afin de répondre à une échéance annuelle. C’est pourquoi ce dispositif est privilégié par les jeunes conducteurs ou les malussés qui font face à des cotisations aux montants particulièrement élevés.

Ce sujet vous intéresse et vous désirez aller plus loin ? Dans ce cas, n’hésitez pas à parcourir les nombreux sites internet traitant de l’assurance habitation paiement mensuel !

Les avantages du paiement annuel

Comme son nom le laisse à penser, cette solution consiste à régler, en seul versement annuel, le montant de la prime. Si vous ne disposez pas de moyens financiers importants, elle vous oblige alors à une gestion précise de votre budget. En effet, les montants exigés dépassent allègrement plusieurs centaines d’euros ! Quel est alors l’intérêt du paiement annuel ?

Si vous regardez attentivement la facture envoyée par votre compagnie pour votre contrat d’assurance habitation à attestation immédiate (paiement mensuel), vous remarquerez sans doute une majoration. Celle-ci est appliqué par les assureurs qui la justifient par le risque financier qu’ils prennent à cause du fractionnement du paiement des cotisations. Elle peut atteindre plusieurs dizaines d’euros chaque mois et le cumul sur l’année devient alors non négligeable si vous cherchez à réaliser des économies. Si cette alternative vous intéresse, n’hésitez surtout pas à en parler avec votre conseiller avant de souscrire un contrat.

Attention, si le paiement annuel peut être appliqué à la plupart des contrats (habitation, voiture, moto etc), il n’est en revanche pas transposable à votre contrat emprunteur destiné à couvrir le remboursement du prêt pour l’acquisition d’un logement.

Est-il possible de passer d’un paiement à l’autre ?

Vous réglez les primes de votre contrat actuel chaque mois et vous aimeriez faire quelques économies en optant pour le prélèvement annuel ? Vous ne parvenez plus à faire la gestion nécessaire au paiement annuel et vous préféreriez régler chaque mois des petites sommes ? Dans la plupart des cas, une telle démarche est tout à fait possible. Il suffit pour cela de vérifier que le contrat en cours autorise ce changement. La compagnie peut en effet, dans certains cas particuliers, refuser votre demande.

Les actions à effectuer sont relativement simples. Il est recommandé de prendre contact avec la compagnie à travers une lettre avec accusé de réception. La prise de contact par téléphone ne constitue pas une option réellement valable. Elle devra en effet être nécessairement confirmée par une demande écrite. Si votre assureur accepte la demande, il vous enverra par courrier ou par e-mail le nouvel échéancier. Le changement deviendra totalement effectif dès la prochaine échéance du contrat. Si vous passez d’un rythme annuel à un paiement mensuel, votre prochain versement interviendra donc dès le mois suivant.

Attention à la résiliation !

Vous n’ignorez sans doute pas que le non-paiement des cotisations donne droit à la compagnie de rompre le contrat qui vous lie. Vous ne pourrez même pas contester ! Dans une telle circonstance, les garanties seront alors immédiatement perdues. Le Code des Assurances prévoit ainsi que le paiement doit intervenir moins de dix jours après la date d’échéance. Passé ce délai, l’assureur fait parvenir à son client une lettre de mise en demeure. Ce dernier sera alors informé de la future résiliation de son contrat. Il dispose alors de trente jours pour régler la facture. En cas de difficultés financières passagères, ne restez surtout pas dans le silence. Faites l’effort de contacter la compagnie et d’expliquer vos problèmes. Ensemble, vous mettrez en place un échéancier qui vous permettra de conserver votre contrat.

Si vous faites le choix du prélèvement annuel, vous comprenez qu’il est essentiel de vérifier que vous disposez d’un solde suffisant sur votre compte bancaire pour satisfaire au paiement de la prime. Si vous ne souhaitez pas profiter des bienfaits de l’automatisation, vous avez aussi la possibilité d’envoyer votre chèque. Assurez-vous qu’il soit bien transmis à la compagnie en temps et en heure ! En cas de litige, seul le cachet de la poste fera foi.

Ne pensez surtout pas que les résiliations pour cause de non-paiement de cotisations n’arrivent qu’aux autres ! Il suffit par exemple que vous soyez absent durant une longue période (voyage à l’étranger etc) au moment même du paiement de l’échéance annuelle pour connaître ce problème. N’espérez pas bénéficier d’une clémence de la part de la compagnie, même si vous êtes client depuis des années ! Comme tous les autres, vous recevrez une lettre de mise en demeure vous rappelant toutes vos obligations contractuelles. Encore une fois, ne perdez alors pas de temps pour contacter l’assureur. Une telle situation n’a rien de désespérée !