La gestion des risques psychosociaux (RPS) est fondamentale pour les entreprises. Ce phénomène porte atteinte à la santé des salariés et réduit les performances des équipes qui travaillent ensemble, limitant l’atteinte des objectifs fixés. Bien qu’ils n’épargnent aucun secteur d’activité, il est néanmoins possible de les prévenir. Justement à ce propos, l’accompagnement par des experts ou des médiateurs en entreprise se révèle bien souvent utile.

Une préoccupation majeure en entreprise

Le monde du travail est en perpétuelle mutation, or ces changements peuvent impacter les conditions de travail. Les salariés font face à des tâches qui s’avèrent être complexes de jour en jour, alors que le temps de repos est parfois réduit. Par ailleurs, les challenges et les compétitions en interne augmentent considérablement le stress dans le quotidien de ces salariés. Le développement des différents symptômes liés aux risques psychosociaux en entreprise n’est pas rare. Ces risques psychosociaux forment un ensemble de facteurs qui troublent la santé physique et mentale des salariés en entreprise. Le stress est l’un des facteurs majeurs, non négligeables, qui changent la perception d’un salarié concernant la difficulté de ses tâches et les moyens mis à ses dispositions pour les réaliser. D’autre part, les RPS correspondent également aux situations de violence auxquelles font face les salariés. Sont englobés dans les différentes violences en interne, le harcèlement moral, les situations de conflit perpétuelles et les autres formes d’agression. Ces phénomènes favorisent la détérioration de la santé des employés, ainsi que la baisse de performance de l’entreprise en elle-même. Par conséquent, les dirigeants d’entreprises doivent accorder une grande attention à la prévention des risques professionnels. Ces derniers peuvent consulter les sites spécialisés comme www.aviseconseil.com pour en savoir davantage.

Focus sur les facteurs de risque

Les risques psychosociaux au travail ont des causes communes et sont souvent provoqués par une accumulation de facteurs internes à l’entreprise ou non. Par ailleurs, ces facteurs interagissent entre eux et tendent à amplifier le phénomène. Une situation de stress permanent chez les salariés favorise l’accumulation des violences en interne. Or, une telle agressivité accroît le taux de stress au sein de l’entreprise, créant ainsi un cercle vicieux fort nuisible. En outre, l’organisation du travail constitue également l’un des éléments qui exposent les salariés à ces risques. En effet, une répartition floue des tâches et la surcharge de travail ont des impacts négatifs sur les employés. Chaque poste doit être bien défini dans un « job description » pour que chaque acteur puisse bien jouer son rôle et assumer ses responsabilités sans ambiguïté. Certaines organisations demandent à leurs équipes d’atteindre des objectifs démesurés dans des délais très réduits. Les relations entre les employés font pareillement partie des facteurs à prendre en compte. Le manque d’équité peut faire naître un sentiment d’injustice chez certains salariés. De plus, ces derniers peuvent se livrer à une concurrence exacerbée, dégradant ainsi les relations en interne. L’évaluation de la situation d’un salarié, à titre individuel, donne aux dirigeants l’occasion d’en connaître davantage sur chacun de leurs employés et de découvrir la réalité dans laquelle leurs équipes vivent au quotidien. Les RPS peuvent également être dus à un manque de reconnaissance vis-à-vis d’un employé, à une stagnation des rémunérations, ou tout simplement à un non-respect de sa vie familiale.

Les actions à entreprendre pour prévenir les RPS

La prévention des risques psychosociaux n’est pas uniquement une préoccupation pour les managers d’entreprises. Elle représente aussi une obligation légale inscrite dans le code du travail. L’envergure et la complexité des démarches à suivre sont en fonction de la taille de l’entreprise, bien qu’une phase de dialogue soit indispensable pour identifier les facteurs de risques. L’entreprise doit procéder à une évaluation des risques professionnels afin de pouvoir déterminer le plan d’action à instaurer. Le résultat des investigations sera ensuite consigné au sein d’un document unique d’évaluation des risques professionnels ou DUEP. Les actions entreprises dépendront toutefois des symptômes observés au cours des enquêtes. Certaines actions contribuent ainsi à supprimer le risque à sa source, en aménageant les horaires de travail et la répartition des tâches, ou tout simplement en engageant de nouveau collaborateur afin d’alléger le volume de travail. Il est pareillement faisable de procéder à des actions en aval, dans le but de corriger les conséquences des RPS. Dans la même foulée, l’employé doit disposer d’un compte professionnel de prévention.